SCRIBE

--- Réflexions personnelles en marge de mon actualité, à la mémoire de Jean Paul II --- Blogue catholique francophone ---

2006-09-25

Regensburg

Les réactions à la conférence de Benoît XVI à l'université de Regensburg sont nombreuses et variées. Je m'intéresse moins à celle des islamistes qui cherchent toutes les occasions pour s'éclater et qui, ironiquement, illustrent très bien le propos de la conférence, qui d'après moi portait sur la raison, la nécessité du dialogue rationnel. J'avais eu la chance de lire le texte avant que le malentendu n'éclate. Depuis, j'ai lu divers commentaires plus ou moins éclairés. Encore une fois, je vérifie que lire c'est apporter à un texte son bagage, ses lunettes, ce qui fait qu'on comprend ce qu'on peut, qu'on prend ce qu'on veut/peut bien. On est bourrés de pré-jugements et, avec la meilleure bonne volonté du monde, c'est difficile d'écouter vraiment ce que l'autre veut vraiment nous dire. Surtout si c'est quelqu'un de plus savant et de plus intelligent que nous, comme le pape actuel.

Sa présentation a fait couler trop de sang et trop d'encre, alors qu'elle voulait simplement stimuler un échange d'idée. J'ose ajouter mon propre effort de compréhension pour mon bénéfice personnel. Il me semble que le fond de la pensée de Joseph Ratzinger (Benoît XVI avait mis sa tiare de côté pour parler comme un philosophe s'adressant à ses collègues de l'université et du vaste monde) est qu'un univers rationnel suppose un Dieu rationnel qui invite les humains à agir (régler leurs problèmes) de façon rationnelle.

Notre monde moderne est le fruit d'une civilisation européenne fondée sur trois piliers: Jérusalem, Athène et Rome. Notre société canadienne, par exemple, est fondée sur une conception de l'ordre basée sur la conviction que les citoyens peuvent se parler et s'entendre et prendre les décisions nécessaires pour vivre en commun au bénéfice de tous. L'ensemble de nos lois est le résultat d'un consensus à partir de nos traditions et valeurs. Nos valeurs morales, même si elles sont perçues comme venant de Dieu, sont aussi fondées sur la droite raison (le gros bon sens).

Il est impossible de s'entendre avec quelqu'un qui ne peut pas (sait pas, veut pas, refuse de) raisonner, qui ne perçoit pas l'univers comme un lieu régit par des lois universelles. C'est encore plus difficile de s'entendre avec quelqu'un dont l'image de Dieu est celle d'un Être tellement transcendant qu'il est au-delà de la raison, de la rationalité, de la logique. Que Dieu existe ou pas, je me sens plus en sécurité en compagnie de gens dont l'image de l'Être suprême est celle d'un Être suprêmement raisonnable, car les humains ont tendance à agir selon l'image qu'ils se font de Dieu. Ceux qui ne croient pas en Dieu, qui trouvent déraisonnable toute forme de religion, irrationnel tout croyant en Dieu, ont tout de même avantage à faire alliance avec ceux qui croient que Dieu invite les humains à vivre raisonnablement.

Les idéologies (sécularisme, athéisme, déisme, christianisme, islamisme, etc.) sont des œillères ou des tunnels qui nous empêchent d'accéder à une vision d'ensemble de la vérité tout entière. J'aime autant discuter avec quelqu'un qui cherche sincèrement la vérité, qui base sa vie sur la croyance qu'il y a une vérité universellement vraie, qu'avec quelqu'un qui ne croit pas aux vérités et aux valeurs absolues. Avec des gens qui croient en des valeurs communes absolues et universelles, il y a moyen de construire une société stable et conviviale.

Que faire si des individus ou des groupes d'individus sont anarchiques, sans autorité morale, sans compas éthique? Dans notre pays, le système politique et judiciaire a pour but de protéger le bien commun en contrôlant (essayant de contrôler) de tels éléments. Il ne s'agit pas d'instaurer une forme de totalitarisme qui contrôlerait tout le monde pour éviter le chaos social, mais d'assurer un espace social où les échanges rationnels permettent de résoudre à l'amiable les difficultés dans les relations. Ce n'est pas alors la force qui l'emporte dans une argumentation, mais un dialogue rationnel et sincère entre des personnes qui cherchent la vérité (ou une approximation) dans des échanges fondés sur la raison et non sur l'émotion ou la tradition.

L'avenir de notre société dépend donc d'un contrat social entre des personnes raisonnables qui acceptent de se parler et de se protéger de l'irrationnel. Ceux qui maintiennent que les religions sont irrationnelles se doivent de tolérer et de privilégier celles qui se veulent rationnelles et dont les membres ont comme idéal éthique d'agir raisonnablement.

0 commentaires:

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil